About Scribbles


  • Dibussi Tande

    This weblog is based on DIBUSSI TANDE's personal views on people, places, issues and events in Cameroon, Africa and the world - Citizen Journalism at its finest!

    SEND ME AN EMAIL

Your email address:


Powered by FeedBlitz

Blogroll


Design


  • Jimbi Media

« 25 Years Ago... "Le 6 Avril": Ruminations on a Date with Destiny | Main | 25 Years Ago... Tales of Ex-Leader's Role In Revolt Stun Cameroon »

April 07, 2009

Comments

Feed You can follow this conversation by subscribing to the comment feed for this post.

Mballe

07.04.2009 - Jeunes Officiers pour la Survie de L’Etat (JOSE) - The Army Wing of April 6, 1984

Christophe Dongmo, political expert, Camerounlink.Net

ABSTRACT

Cet article revisite le coup d’état avorté du 6 Avril 1984, l’un des événements majeurs de notre histoire. L’initiative est partie d’un groupe d’officiers subalternes réunis autour du mouvement JOSE dont les plus gradés étaient Capitaine. Des cellules secrètes de réflexion travaillaient sur le projet depuis les années 1975; les putschistes, d’obédience Marxiste-léniniste en majorité, détestaient la politique d’Ahidjo et ne prévoyaient en aucun cas organiser son retour au pouvoir ; longtemps présenté comme le meneur du coup, le Colonel Saley Ibrahim n’y était pour rien ; Issa Adoum n’était que le représentant de la société civile et n’était pas prédestiné à devenir président. Il ressort que le 6 Avril a dramatiquement changé le discours inaugural de Paul Biya basé sur la rigueur/moralisation, au profit d’un système basé sur la protection par le village et les siens.

On April 6, 1984, a segment of the Cameroon’s armed forces took arms in an attempt to topple Paul Biya and regain full control of national institutions. Contrary to popular belief, the initiative was undertaken by members of a secret society that has been operating within Cameroon’s army since 1975, and carried out by a coalition of junior combat men reunited around the Jeunes Officiers pour la Survie de L’Etat/Young Officers for the Survival of the State (JOSE). Still, it transpires from oral history sources that participants of the JOSE movement included junior officers from other provinces; and that some civilians like Issa Adoum, Director of the National Fund for Rural Development (FONADER), was just a representative of civilians in the JOSE movement. I guess the case of Frederic Godwe, who was one of the youngest CEO in the history of public corporations in Cameroon –SOTUC-, could be read in this light as well.

If it remains true, as Captain Guerandi Mbara contends, that the highest ranked officers of the JOSE movement had the grade of Captain, one should question why the government identified senior officers like Colonels Saley Ibrahim and Ngoura Weladji as the ringleaders of the failed coup. One potential answer could be that since Ahidjo has built a Republican Guard and the Quartier General along tribal lines by staffing it with Northerners, political observers equated the April 6th incident with a revenge of Northern Muslims whose hegemony was seemingly threatened by the Biya regime.

The absence of historical sources, archives and government documents make it extremely hard to conduct substantial research on Cameroon history. This situation explains the fact that rumors – “On Dit Que”-, are tremendously evolving as primary sources of historical research. On this ground, unclassified sources allege that Paul Biya, assisted by seven close security staff led by Ivo and Holong, left the Etoudi palace through a security underground bunker that was specially designed by construction engineers for such purposes. The residences of Army General Pierre Semengue (Chief of Staff), Colonel Asso’o Emane Benoit (Commander in chief of the Quartier General), and Gilbert Andzé Tsoungui (Minister of Armed Forces) were all bombed. Other senior state officials that were arrested by rebels included the Secretary General of the Presidency, Joseph Zambo; Director of Presidential Security, Rene Claude Meka; and General Delegate for National Security, Mbarga Nguele. Some contend that when rebels arrived at his residence in order to capture and kill him, General Semengue managed to sneak out from a self-created air-conditioner fissure; he then organized a resistance strategy with Colonel Asso’o Emane Benoit of the Quartier Général and immediately ordered paramilitary troops from Koutaba, Djoum, Ebolowa and Douala that fought the rebels in order to regain control of the capital city.

Relevant information that was never confirmed by official sources is the fact that Foumban was slatted to become the new capital city of Cameroon. Some sources tend to defeat the widely-circulated thesis that FONADER chairman Issa Adoum was going to act as interim president and organize the return of Ahidjo. In a recent interview to Montreal based CameroonVoice on April 2009, Captain Guerandi Mbara, another ringleader of the coup who was at the time a training officer at the Military Academy-EMIA, argued that the vast majority of young officers in the JOSE movement were Marxist Leninist in thought, completely disagreed with both the Ahidjo and Biya regimes, and that the idea of bringing back Ahidjo to lead the country never crossed the mind of the brave men who gave their live for a patriotic cause. He further argued that the next head of state was supposed to be chosen by consensus by members of the Conseil Militaire Supérieur (Higher Military Council).

Convicted plotters went through a very short period of “death row phenomenon” and death sentences were carried out within delay. As in most armed and non armed conflicts, no reliable statistics exist on the final count of April 6, 1984. Information gathered from several sources reveals the following: 48-51 death sentences and executions; 64 sentenced to more than 5 years of detention; 122 sentenced to 5 years in jail; 38 detained without trial; 3 plotters managed to escape; 25 deaths in the course of detention due to malnutrition and poor diet; 15 were still in detention by the onset of the Amnesty law of 1991. Culprits were summarily executed around Mbalmayo on the Oyack Hill, located about 10kms from the city centre along the itinerary from the Nyong River to the Ecole Nationale des Eaux et Forêts (ENEF). They were all buried in three mass graves set up on the occasion at Nkolguet (what population later baptized “Colline de la Rigueur”/Hill of Rigor) and Ekam Bitié between 11am – 1pm respectively. Most detainees regained their freedom after the December 1991 Amnesty (Law 91/022 of 26 December 1991).


UNDERSTANDING THE FAILURE

Why did the coup fail? The first reason is than an informant denounced the plot the day before, April 5, 1984 at 3pm. The commander in chief of the presidential guard Colonel Rene Claude Meka took preventive steps, reinforced and changed the security apparatus within and around the palace. Meka then removed and sent on leave at the last minute the entire batch of military guards that were initially scheduled to be posted at the main entrance of the presidential palace on the night preceding the coup. Such officers were initially prepared to ease the process by facilitating the seizure of the palace/headquarters of national institutions as well as the capture of the head of state. The second reason is the sudden and last minute withdrawal of the Koutaba airbone division (division aeroportée). The Koutaba paramilitaries will rather join the loyalist group, play an instrumental role in the recapture of the capital city and the defeat of rebels. The third reason is that some strategic instructions were poorly transmitted, applied and carried out. The rebels also failed in their initial plan of designing and implementing an urban guerilla front to counterattack loyalist forces. Some sources also contend that the rebels made full use of inexperienced and unprepared military trainees (élèves-gendarmes) that were called after midnight by their supervisors and forced manu militari to join the movement.

The reason that was widely circulated to justify the failure of the coup in the public mindset was the failure of strategic telecommunications. In the early times of the coup, Major Benai Mpecke of the loyalist forces took control of the Mount Mbankolo radio transmission office. Though rebels managed to enter and seized the central office of Radio Cameroon and held its personnel hostage, their victory message to the nation did not go through the waves because a technician willingly disconnected transmission cables at the Soa High waves station. As a result, the message was heard only in Yaoundé. One wonders whether the outcome of the coup would have been different should the alleged message have gone through. Cameroon radio spent two days broadcasting infantry music in lieu of normal business schedule. Later on, the alleged rebels’ speech was widely published by the local press. In his state of address message, Paul Biya energetically condemned the coup and praised the armed forces for their courage and determination to save national institutions: “L’armée a fait son devoir, tout son devoir et rien que son devoir.”

GOVERNMENT OF THE VILLAGE, BY VILLAGE AND FOR THE VILLAGE

The primary and most important consequence of the coup was the emergence of ethnic belonging as a tool of decision making in the Paul Biya administration. Tribalism, otherwise stated, evolved as the leading factor in the political market and nearly influenced major decisions affecting the future of the nation state, including, but not limited to political appointments, administrative restructuring, electoral coalitions, elites participation into political processes and grassroots support. It is from there that we can reasonably trace the emergence of the concept of “Pays Organisateur” in the Cameroonian vocabulary, a French expression style – la litote- referring to anyone belonging to the ethnic group of the head of state because they are in control and enjoy exceptional privileges compared to people from other ethic groups. The end result of this policy was the development of a vast network of clowns generally known as “griots” around the president’s inner circle to showcase both their loyalty and commitment to his ideals, philosophy and personality.

In aftermath of the coup, an undisclosed number innocent Muslims from the Great North were physically attacked, lynched, raped, murdered, and looted. Such events took place mainly at what is known as Briqueterie, a primarily ghetto neighborhood of the capital city of Yaoundé, as well as in other remote cities known for their tribal allegiance to the head of state. As a result, many Muslims and Northerners invaded the Yaoundé railway station, fled the South and travelled to their stronghold and homeland of Northern Cameroon where they believed to be in security. What is striking is the fact that such civilians knew little about politics and could barely spell their last name.

Paul Biya completely reshuffled his cabinet and purged most northerners from strategic leadership positions in the military and civil services. Though it is difficult to draw an exhaustive list of such victims, we may mention Sadou Daoudou and Maikano Abdoulaye, the two Northerners that served as ministers of armed forces under Ahidjo’s twenty two years of power. Some Northern elites whose responsibility could not be legally established were nevertheless arrested and sentenced. We could mention Dakolé Daissala, ex Managing Director of Cameroon Mass Transit Corporation (SOTUC), who, after a speedy trial by the military tribunal spent several years of detention at the Saa maximum security prison; Issa Tchiroma Bakari who at the time was a senior manager at the Cameroon Railways Authority (REGIFERCAM) in Douala. Some politicians occupying strategic portfolios in the state administration were forced into exile. This is was primarily the case of Bouba Maigairi, Paul Biya’s inaugural Prime Minister, who fled to Nigeria. For memory, Ayang Luc had initially replaced Bello Bouba as Acting Prime Minister following the discovery of a plot on August 22, 1983.

Reacting to the coup, Paul Biya changed the Union Nationale Camerounaise (CNU) Central Committee. Jean Fochivé, the almighty National Security Officer and Chairman of the Cameroon Intelligence Police (CENER) was removed and sent to rest as Ambassador to China. It remains unclear whether the removal of Fochivé was motivated by the fact that he is originally from Foumban, one of the strongest bases of Islam in Cameroon. There is no doubt that April 6 wrought more press censorship and the torture of progressive writers and critical scholars.

Paul Biya used the 1984 coup to reaffirm and strengthen his political leadership by making substantial changes in the political apparatus, a move that would have the effect of reinforcing the ties between the party and the state. In May 1984, seven new members joined the UNC Central Committee, which was expanded from forty-eight to fifty members. Ahidjo loyalists that remained on the Politburo included English speakers Egbe Tabi and Solomon Tandeng Muna. Joseph Charles Doumba, in contrast, replaced Felix Sabbal Lecco in the UNC Politburo. This appointment sound surprising because Doumba was initially part of the “Big Four” that were excluded, in what is generally known as the Moussa Yaya affair, from the UNC by Ahidjo in January 1983 for opposing the selection of Paul Biya as his constitutional successor. Long time Paul Biya’s speechwriter, Doumba previously worked as Director of the Ecole des Cadres du Parti, the UNC Party School.

In the course of July (24-27) 1984, the UNC Central Committee toured the provinces to communicate with the grassroots and campaign in favor of Paul Biya’s New Deal plan. In the meantime, the head of state had initiated his sixth cabinet reshuffle in less than two years of presidency on July 7. The president also changed the senior management of most corporations such as Cameroon Airlines (CAMAIR), the National Petroleum Corporation (SNH), the National Produce Marketing Board (ONCPB), the National Electric Corporation (SONEL), the Cameroon’s Urban Mass Transit Corporation (SOTUC) and the National Fund for Rural Development (FONADER). By surrounding himself with close allies and trustworthy individuals, Paul Biya incidentally laid the foundations of the paternalist state. Citizens had to develop special relationships and networks to be part of the governing class in order to acquire special privileges.

Christophe Dongmo, political expert, Camerounlink.Net

[07.04.2009][CAMEROUN LINK][1079 hits][3 Réactions] à un ami | Imprimer


Retour


EXPERTS : DEBATS


Chers internautes, vous pouvez discuter sur cet article avec d´autres internautes ou directement avec l´expert. L´expert peut répondre à vos questions. Mais il n´est pas obligé de le faire.


Tous ceux qui réagissent sur ce forum sont priés de suivre strictement les règles suivantes :

- Pas d´injures vis-à-vis d´autres participants ou de l´expert
- Pas de messages doubles
- Formulation polie de vos questions ou arguments contraires à celle de l´expert
- Pas d´appels au racisme,à la xénophobie et à l’homophobie.
- Pas de provocations systématiques contre d´autres participants

Le non-respect de ces règles emmènera des sanctions allant de l´effacement des messages sans avertissement à l´exclusion irrémédiable du forum.


[06.04.2009 | 19:49] fafa

M.Christophe Dongmo,
Merci pour cette belle analyse impartiale d'une episode importante de notre histoire.Comme blaiso l'a si bien dit,en tant que Camerounais,nous sommes tenus par le DEVOIR DE MEMOIRE pour que notre Histoire,toute notre Histoire ne meurt pas mais reste vivante dans nos memoires et dans la memoire des generations futures car un Peuple n'est rien sans son Histoire.
Et une fois de plus,M.Dongmo et Camerounlink,Merci pour ce travail de fourmi que vous menez pour mieux informer,pour mieux eduquer la jeunesse Camerounaise pour qu'elle se prepare pour mieux gerer le Cameroun de demain.

Répondre

[06.04.2009 | 17:43] heavyd

Mr. Dongmo:
Thanks for shedding some light on what I would call the day that " Cameroon missed its destiny". From your repertoire, one can glimpse that Ahidjo's national unification policies were successful because the group of junior officers who instigated and carried out the attempt were from all ethnic groups and regions.

Imagine how much more we would have been better off if they had succeeded. Moving cameroon's capital to Foumban would have been a brilliant move because that is open and fertile country. Moreover city planning and better develpoment would have come with the move employing thousands of young Cameroonians who have nothing to do these days than getting drunk and contracting HIV because the devil will find work for idle minds and bodies.

We are surely changrined that through circumstances and fate, Biya was able to survive and have since become an albatros on the backs of the long suffering Cameroonians. In view of Cameroon's intellectual, mineral wealth and resources, strong work ethic and entrepreneural spirit, we surely deserve a better destiny than the one short sighted and paronoid one relegated to us by Biya: appointment of mediocre personalities to the highest offices of the land; the filling of all key positions by members of Biya's clan and their allies; discrimination against Cameroonians from other ethnic groups that makes them second class citizens in their own country. Biya's lack of vision and initiative in handling the affairs of Cameroon is criminal, and he must be held accountable.

We should always pray for the souls of those young officers who paid the ultimate price. They have joined the rangs of our National heros such as Ernest Quandie, Ndongmo, Um Ube, Jacques Tiwa and many more.
Heavy D

Heavy D

Répondre

[06.04.2009 | 12:47] blaiso

Il faut bien qu on parle de cette page de l histoire camerounaise afin que ca reste dans les memoires.

Répondre

Mballe

culled from http://www.lejourquotidien.info/index.php?option=com_content&task=view&id=3668&Itemid=60

Guerandi Mbara : «Le colonel Saleh Ibrahim n’était pas le meneur de ce putsch»
Écrit par Venant Mboua

L’ancien putschiste revient sur la tentative de coup d’Etat du 6 avril 1984, 25 ans après.


Cela fait 25 ans que vous avez organisé un coup d’État à Yaoundé. On sait que depuis lors vous gardez un grand silence sur cet événement. Pourquoi acceptez-vous aujourd’hui de parler à Cameroonvoice ?

M. Venant Mboua, avant de répondre à votre question, j’aimerais d’abord vous remercier pour m’avoir invité en vue d’éclairer l’opinion nationale et internationale sur ce que nous avons appelé le soulèvement patriotique du 6 avril 1984 qui, qu’on le veuille ou pas est désormais un symbole dans la récente histoire de notre pays.

Je voudrais aussi rassurer quant aux perspectives qui se présentent devant nous et aux enjeux qui, certainement, nous interpellent tous en ce début de millénaire. Ensuite, j’aimerais réitérer ma profonde compassion et mes encouragements à toutes les familles éprouvées qui n’ont pas fait le deuil, depuis 25 ans, de leurs vaillants pères et frères qui sont devenus des héros. Enfin j’attire l’attention de vos auditeurs sur le fait que je ne serai vraiment pas bavard car certains acteurs sont vivants ; je me dois également de faire preuve de responsabilité pour la construction du vivre ensemble qui m’est très cher.

Un anniversaire est toujours l’occasion d’interroger le passé pour mieux vivre le présent et entreprendre l’avenir avec sérénité et détermination. C’est ça le plus important. Alors accepter votre invitation accepter de se projeter vers l’avenir. C’est là qu’un anniversaire prend tout son sens. Celui que vous évoquez me semble d’autant plus important que plusieurs jeunes camerounais n’étaient pas encore nés. Plusieurs étaient encore très jeunes comme vous. Ils ont besoin de saisir quand même quelques fragments de notre histoire.

Notre pays, vous le savez, a besoin d’une profonde refondation sociale basée sur l’éthique rédemptrice dont je vais brosser quelques lignes au cours de cet entretien si vous m’en donnez l’occasion. Voilà ce qui justifie l’acceptation de l’invitation de Cameroonvoice.

J’entends de vos propos que vous qualifiez cette tentative de coup d’État de «soulèvement patriotique», pour ces 25 ans, voulez-vous que je vous souhaite bon anniversaire ?

Ce serait trop dire. Ce n’est pas une occasion réjouissante. C’est un moment de prise de conscience, d’introspection individuelle et peut-être collective, d’appel à une conscientisation collective de notre peuple. Si c’est un soulèvement patriotique, il doit continuer, dans l’imagerie populaire, à être un symbole, une emblématique boussole.

Maintenant parlons de vous. Quel était votre grade à l’époque et où étiez-vous en fonction à ce moment-là ?

J’avais le grade de Capitaine et j’étais en fonction à l’école militaire interarmes de Yaoundé, dans le cadre de la formation des élèves-officiers et officiers. À Ngaoundéré aussi où on formait à l’époque les cadres civils de la haute administration et les étudiants en fin de formation. Ce fut une mission exaltante qui m’a permis de connaître notre armée, la capacité surtout de la hiérarchie militaire et de nouer des relations amicales dans la haute fonction publique du Cameroun. J’en garde d’ailleurs des souvenirs très enrichissants. Je sais qu’il y a dans cette fonction publique plusieurs hauts responsables que j’ai eus à encadrer. La situation actuelle de notre pays montre que notre administration a encore besoin de cette formation qui permet d’acquérir un certain nombre de valeurs éthiques. À tous ceux-là que j’ai eu à encadrer et avec qui j’ai bâti des relations assez solides, je leur renouvelle mes amitiés fraternelles.

Au moment où on sait que Biya en plein état de grâce auprès de ses compatriotes, on vient d’en finir avec 25 années d’Ahmadou Ahidjo, qu’est-ce qui vous a poussés, vous et vos camarades, à organiser ce putsch ?

Il faut tenir compte des facteurs multidimensionnels qui concourent à nos motivations. Certains remontent à la période coloniale et d’autres sont le fait de l’actualité de l’époque, les années 80. Je ne voudrais pas être très longs sur ces facteurs-là ; je vais schématiser. L’état camerounais était déjà sclérosé par les crises d’ordre organique, hégémonique, et même de légitimité. Il faut, tenir compte du glissement vers ce que les anglo-saxons appellent le « failed state », c’est-à-dire l’effondrement de l’État qui étaient déjà très, très visibles à l’époque. Je citerais la course au pillage des deniers publics, l’accentuation du tribalisme et du népotisme, etc. Qui ne se souvient pas de la phrase, «c’est notre tour maintenant» ? Ou encore «la chèvre broute là où elle est attachée» ? Ces termes n’ont pas cessé, au contraire, ils se sont démultipliés aujourd’hui. On parle de pourcentage, certains parlent de «gombo» surtout dans votre milieu de la presse…

M. Guerandi, on a l’impression que vous vivez au Cameroun.

Je vis au Cameroun. Oui, je vis au Cameroun ! Je ne peux pas faire 5 minutes sans penser au Cameroun. C’est normal. En tout cas ces expressions témoignent de la culture de la corruption amplifiée depuis l’époque du renouveau rdépéciste. Qui ne se souvient pas de la dilapidation des ressources financières au nom de la création d’une nouvelle bourgeoisie ethno régionaliste ? Qui ne se souvient pas des arrestations arbitraires? De la volonté d’anéantissement de certaines régions ciblées par ce clan ethnofasciste au pouvoir ?

Je pense aux commerçants bamiléké et islamo peulhs. Qui ne se souvient pas des procès judiciaires initiés par ceux que j’appelle des revanchards, mettant en mal la cohésion fragile que nous avons constatée ? Qui ne se souvient pas des pratiques sectaires dans nos forces de défense et de sécurité qui ont exacerbé les frustrations les différentes composantes sociologiques et entre les différentes hiérarchies de nos forces de sécurité ?

L’on nous répond que Paul Biya n’avait pas encore fait ses preuves. Je veux bien. Mais sait-on seulement que Paul Biya est le continuateur de ce système là ? Depuis 1962, il est dans le système et en a toujours été un acteur important. En accédant à la magistrature suprême, il savait ce qui se passait dans les arcanes du pouvoir du Cameroun.

Il faut tenir aussi compte d’une cause qui dépend de la dimension géopolitique des officiers. Leurs réflexions se font avec l’aide des facteurs géopolitiques et stratégiques.

Notre objectif premier était d’éviter le chaos que traversent nos États aujourd’hui et anticiper des solutions aux désordres sociopolitiques et économiques qui émergeaient de l’administration mise en place.

Beaucoup demandent ce que signifiait l’appellation « Jose». C’est le mouvement des « jeunes officiers pour la survie de l’État ». Mes camarades avaient analysé la situation géopolitique au Cameroun, au sein des cellules secrètes mises en place depuis les années 1975. Sur ces cellules là, vous me permettrez de ne pas en dire plus.

D’accord, nous ne vous demanderons donc pas qui avait mis ces cellules secrètes en place et pour quelles raisons. Mais quand je vous écoute, vous parlez de la dimension géopolitique, vous voulez nous dire que ce n’était pas pour défendre Ahmadou Ahidjo qui était en conflit avec M. Biya à l’époque ?

Non. Non, pas du tout !

Quelles étaient vos relations avec Ahidjo ?

Avec l’ancien président, étant au Cameroun, il n’y avait pas de relation comme ça avec lui. Je n’étais qu’un pauvre officier dans une unité ; je n’étais même pas à la garde républicaine. Je n’ai jamais eu de contacts avec lui, étant au Cameroun, bien que j’aie eu du respect pour sa personne, comme on peut en avoir pour tout être humain. Rien de plus. Eu égard à mes convictions idéologiques et politiques.

Cependant, en exil, grâce à deux chefs d’État, j’ai pu le rencontrer, afin de satisfaire ma soif de compréhension de certains faits de notre histoire. Vous êtes sans ignorer que certains pans entiers de l’histoire de notre patrie demeurent méconnus. J’ai eu pas mal d’éclaircissements ou ses positions par rapport à cette affaire. Aussi, je répète que nous ne nous sommes pas battus pour le retour d’Ahidjo au pouvoir. C’était impensable. C’était déjà contre notre éthique en politique. Nous connaissons les responsabilités des uns et des autres dans les politiques qui ont jalonné l’indépendance du Cameroun. Il faut arrêter de raconter ces choses-là, pour se donner une bonne conscience ou justifier les pratiques criminelles de la répression post avril 84. Ce sont les vainqueurs qui écrivent toujours l’histoire des batailles. Stigmatiser Ahidjo à l’époque était de bonne guerre pour gagner définitivement. Dialectiquement je dirais que nous assistons à un parricide qui poursuivra son auteur à vie. Est-ce vraiment une bonne sortie de l’histoire que de traîner ce boulet que je qualifierais d’inhumanité ? Au-delà, que retiendra l’histoire de Paul Biya ? Notre pays mérite mieux.

Quand vous dites que c’était impossible que vous vous battiez pour Ahidjo, est-ce que c’est tout le monde qui pensait ainsi ou bien c’est M. Guerandi Mbara et quelques autres officiers, puisqu’on a raconté que vous étiez divisés sur la question.

Il faut comprendre que nous étions partis dans un esprit de rassemblement et dans ce genre de projet il faut toujours mobiliser le maximum de forces donc, il n’est pas exclu que vous rencontriez des motivations contraires aux vôtres. Mais la majorité des acteurs principaux n’étaient pas pour le retour du président Ahidjo. Ce n’était pas possible.

Finalement pourquoi n’y avait-il que des ressortissants du nord dans cette tentative de coup d’État ?

M. Venant Mboua, qu’est-ce qui vous permet d’affirmer cela ?

C’est ce que nous avons lu dans les journaux.

Écoutez très bien. Si la victoire ponctuelle était de notre côté, vous vous serez rendu compte, comme les autres Camerounais de la participation d’acteurs d’autres régions du Cameroun. Vous savez, ce qui a trompé le jugement des uns et des autres c’est la montée en première ligne des formations comme la garde républicaine et le Quartier général qui étaient à l’époque majoritairement composées des ressortissants du septentrion. Ce n’était pas une ethnie, c’était des ethnies. Où vouliez vous qu’on aille chercher des ressources humaines pour aboutir à nos fins. Vous allez mettre la Garde républicaine de côté parce qu’ils sont en majorité composés des originaires du nord ? Pensez-vous qu’il n’y avait que les ressortissants du septentrion dans ces deux formations militaires ? Vous savez des dizaines d’acteurs étant vivants, je ne voudrais pas passer pour un irresponsable parce que je voudrais vous convaincre ou vous contredire. Je sais que pour un véritable changement, nous sommes tous interpellés et le patriotisme n’est pas l’apanage d’une ethnie ou d’une région donnée. Le nord n’est pas une ethnie. Je ne sais pas si je me fais comprendre.

Parfaitement. Et je ne sais pas si je vous blesserais en évoquant cela, je sais vous vous êtes de l’extrême nord, ce qui n’est pas le cas de Saleh Ibrahim ou Issa Adoum. De vous trois, qui était le meneur de ce putsch ?

Je confirme que les officiers supérieurs n’étaient pas contactés par nous. Il faut bien comprendre ça. Les plus gradés du mouvement «Jose» avaient tous le grade de capitaine. Le colonel Saleh Ibrahim qu’on a exécuté, le colonel Ngoura Belhadji ou Ousmanou Daouda, etc. ont simplement été victimes de la haine rancunière des hommes de Paul Biya.

Excusez-moi de vous interrompre, vous voulez nous dire solennellement aujourd’hui que le colonel Saleh Ibrahim qu’on a présenté comme l’organisateur n’était pas le meneur de ce putsch ?

Je le dis et je le confirme. Et je peux vous dire en plus de ça que le colonel Saleh Ibrahim avait été maintenu chez lui à domicile pour qu’il ne sorte pas.

Pourquoi ?

Parce que connaissant la mentalité des officiers supérieurs, leur propension à retourner la veste, nous ne pouvions pas les mettre dans cette entreprise patriotique. Les soit disant vainqueurs devaient justifier leur cruauté en indexant les officiers originaires du septentrion. Le leadership était une coalition dont le mouvement «Jose» était, en première ligne, le bras armé. Certains étaient nourris à l’idéologie marxiste. Ça vous ne le saviez pas. Quant à Issa Adoum il était l’un des acteurs importants de la caution civile et, la désignation du chef de l’État aurait été le fait d’un vote au sein du conseil militaire supérieur. Rien ne dit que c’est lui qui aurait été désigné. J’en demeure encore convaincu car la majorité de nos camarades étaient décidé à procéder à une refondation totale la vie nationale. Rappelez-vous qu’à l’époque, l’Afrique était secouée par une vague de coups d’État inspirés par des jeunes officiers révolutionnaires.

Pour mon courant, le 6 avril était un tremplin pour accéder au pouvoir d’État et procéder aux mutations en profondeur de la vie nationale. Depuis ce temps, notre pays ne fait que sombrer ; les problématiques sociales, à l’exemple de la corruption, et autres détournements se sont implantées en culte. Dites-moi combien sont jugés en ce moment par ces crimes économiques ?

Sous Ahidjo, on parlait déjà de la corruption. Vous le savez peut-être… Vous qui avez lu les journaux de l’époque.

Oui mais on dit que le phénomène n’avait pas la même ampleur qu’aujourd’hui

Peut-être. Mais au moins, on avait déjà pris conscience de la situation.

Certaines sources disent que ce sont les hommes de l’entourage de M. Biya qui vous ont poussés à la faute pour mieux briser la menace que représentaient les officiers nordistes. Cette information est-elle exacte ?

Je l’ai aussi entendu. Je suis convaincu que, quand vous vous situez à cette époque-là, le doute et la fébrilité dans le camp des partisans de Biya ne leur permettaient pas d’aller à la confrontation. Les dispositifs des troupes et les commandements militaient pour leur retenue. S’ils nous poussaient à la confrontation ce serait un suicide de leur part. Leur attitude aurait été d’éteindre toute étincelle. Au regard de ce que je viens de vous dire. La débandade qu’ils ont étalée à la face des soldats est là pour contredire ce que vous dites. La peur de perdre le pouvoir tout en sachant comment ils sont honnis les poussera toujours à massacrer les populations. Vous savez que c’est un pouvoir fébrile, tatillon ; tous ces chefaillons, sachant qu’ils avaient quelque chose à se reprocher, qu’ils sont appelés à se justifier devant la justice un de ces jours, ils prendront toujours les devants pour éteindre toute étincelle de révolte, à l’image de février 2008.

Il a quand même été évoqué à un moment donné qu’après la première tentative annoncée en 1983 ou le capitaine Salatou et le commandant Oumarou étaient impliqués, la sécurité présidentielle n’a pas voulu étouffer dans l’œuf votre initiative et avait choisi de vous prendre les armes à la main.

Non, ce sont des histoires. Même cette première tentative de coup d’État dont vous parlez est une histoire montée de toute pièce. L’histoire nous donnera de plus amples détails mais je suis convaincu que, connaissant leur manière de faire s’ils avaient des éléments entre les mains, ils ne nous auraient pas poussé à la faute. Non.

Lors de cette tentative de coup d’État, il semble que vous avez arrêté certaines personnalités : qui sont –elles ?

Avec le temps, je ne les ai plus en tête. Ce n’est pas moi qui m’occupais des arrestations.

Pourquoi ces personnes n’ont pas été tuées comme on le voit souvent dans les coups d’État ?

L’on nous reproche de n’avoir pas éliminé certains compatriotes. Je ne crois pas qu’un coup d’État soit nécessairement le théâtre d’un bain de sang. La preuve, la capitale avait été contrôlée pendant un bon bout de temps, sans effusion de sang. Vous savez, d’autres valeurs nous animaient et continuent de nous animer. Il faut que les Camerounais le saisissent très bien. Nous ne sommes pas des sanguinaires. Ce sont plutôt les bourreaux de Paul Biya qui ont massacré autant les militaires que les civils.

Rappelez-vous cette scène immonde qu’il y a eu devant la radio nationale. Lorsque les gendarmes se sont rendus, ils ont été exécutés devant la radio nationale. Vous comprenez que cette vieille garde d’officiers aujourd’hui des généraux, n’est composée que de bourreaux. Ce sont les bourreaux des militants de l’Upc dans les régions bamiléké et bassa. Ils ne peuvent que continuer dans cette voix, pour se préserver une place dans le système criminel.

Vous parlez toujours de «nous», j’ai envie de vous demander : le mouvement «Jose» existe toujours ?

Je vous ai dit que je ferais abstraction de certaines choses. Donc, permettez-moi de ne pas m’étendre là-dessus.

À votre avis, pourquoi cette tentative de coup d’État a échoué ?

Sans rentrer dans les détails, il faut scruter quelques facteurs intéressants pour comprendre ce qui s’est passé. La dénonciation, le 5 avril à 15 heures par un officier de la sécurité présidentielle ; le renvoi de certains officiers du palais présidentiel à leur domicile après la dénonciation, alors qu’ils devaient procéder à l’arrestation des occupants (vous voyez de qui je parle) ; le volte-face des troupes aéroportées de Koutaba; l’absence de communication de certaines consignes à des camarades qui étaient dans des formations pas très éloignées de la capitale; je pense aussi à l’échec de la création d’un front de guérilla urbaine, etc.

Vous savez, plusieurs officiers se sont rendus dans le but de dire devant le tribunal militaire, ce qu’ils ressentent de ce régime là.

Il y a eu également quelques problèmes techniques dus à l’état de la logistique et enfin, il faut ajouter des facteurs subjectifs que je ne pourrais pas évoquer ici.

Vous évoquez le renvoi de certains officiers du palais présidentiel, le 5 avril. Ce qui veut dire que vous aviez des gens à l’intérieur du palais qui ont été renvoyés chez eux ?

Effectivement c’est ceux qui devaient prendre la garde pour contrôler le palais.

Ce qui laisse penser que la sécurité présidentielle a eu vent de ce coup pour le lendemain 6 avril ?

Effectivement, le 5 avril à 15 h. Un officier a dénoncé auprès de l’actuel chef d’État major général des armées, le général Meka. À l’époque, il devait être directeur de la sécurité présidentielle.

Vous avez aussi évoqué la création d’un front de la guérilla urbaine. Cela signifie-t-il que vous vous êtes préparé longtemps à l’avance ?

Effectivement. Il était prévu que si les choses se passaient mal, la conduite à tenir était de créer un front de guérilla urbaine.

Vous êtes certainement le seul survivant parmi les meneurs ( je ne sais pas si vous vous permettrez de nous le dire) du putsch manqué. 25 ans après, avez-vous le regret d’avoir engagé cette action ?

Avec gravité, je ne le regrette pas. Vous savez, l’inexistence d’un État de droit continue de me réconforter dans le choix des moyens pour aboutir aux valeurs de dignité pour notre pays. Que signifie la révision de la constitution que nous avons connue tout dernièrement ? Que signifie l’instauration d’Élecam avec tout le processus auquel nous avons assisté, de l’institution à la désignation des responsables ? Ce n’est que la monarchisation avérée. Nous ne l’acceptons pas. Que le peuple camerounais le sache, nous ne l’acceptons pas. Ces deux actes constituent, in fine, des fautes fatales pour ce régime.

Vouloir aller aux élections avec les règles de jeu imposées par Paul Biya, pour nous c’est faire preuve de trahison de nos idéaux de dignité.

Comprenez une chose : nous assistons dans ce Cameroun, à la concentration des barbaries (peut-être que le mot n’est pas assez fort) au niveau de la gouvernance de Yaoundé. Le régime dictatorial de Yaoundé est aussi têtu que les tenants du colonialisme. Vouloir demeurer au pouvoir contre la volonté du peuple, amène les compatriotes à faire face à une alternative : démocratie ou barbarie !

Au Cameroun se concentrent la barbarie du pouvoir d’État, la barbarie de la domination militaro policière, la barbarie bureaucratique, la barbarie du parti État, la barbarie mentale. Cela crée une conjonction de barbaries démontrant de la part de ce régime là, sa volonté d’asservissement, sa volonté d’anéantissement en vue d’assujettir l’esprit du Camerounais.

Nous voulons l’instauration d’un État de droit pour la démocratie, pour la justice sociale et pour le progrès. Je crois que pour tout Camerounais aujourd’hui – et je m’adresse à l’ensemble des Camerounais, il faut savoir traverser la ligne rouge, pour libérer notre peuple de la dictature. Personne, je dis bien personne, ne viendra le faire à notre place. C’est un droit et un devoir collectifs.

Cependant, en parlant de cet événement, 25 ans après, vous me demandez si je n’ai pas le regret d’avoir engagé cette action. Au nom de tous mes camarades, je présente mes regrets et mes condoléances les plus sincères à toutes les victimes de nos actes pendant ces journées ayant marqué le 6 avril 84. Ne pas le faire serait de notre part irresponsable.

Que signifie pour vous, la ligne rouge?

C’est aller au-delà d’où les gens se retiennent. Il faut aller au-delà. Le peuple camerounais doit se sacrifier pour se libérer. Vous ne pouvez pas vous libérer de cette dictature là, sans sacrifice. Et nous sommes obligés d’assumer ce sacrifice là pour sortir l’ensemble du Cameroun de la dictature.

Pour vous, est-il donc inutile de penser que peut atteindre l’alternance par la voie des élections ?

À l’état actuel des institutions, des procédures, de tout ce qui peut concourir à la transparence, à la justice, à l’équité, rien ne concourt à des élections pouvant permettre l’alternance pacifique au Cameroun. Si vous en avez un exemple, donnez-le moi.

N’y a-t-il pas d’autres leviers de la démocratie qu’on peut utiliser aujourd’hui pour atteindre cette alternance ou bien il faut passer par l’exemple de Madagascar ?

Tout est bon pour permettre la sortie de la dictature. Vous êtes face à une dictature qui utilise un langage dit démocratique pour amadouer la communauté internationale pour faire croire que nous sommes en démocratie. Non ! L’État de droit n’existe pas au Cameroun. À partir de là je crois que toutes les conclusions sont possibles.

Une loi d’amnistie a été votée en 1991. Est-ce que vous en êtes concerné ?

Vous savez, la répression sauvage est la conséquence d’une certaine cruauté, traduite par des centaines de morts, des rafles qui ont fait des milliers d’arrestations ciblées, au faciès d’ailleurs ; des fosses communes existent ; des disparitions dans l’acide ont été pratiquées ; des pillages des biens appartenant à ceux qu’on a appelé les mutins ; des dizaines de prisonniers sont sortis meurtris après 7 ans parfois sans jugement ; la désintégration socioéconomique et humaine, etc.

À l’issue des manifestations – les villes mortes – de 1991, le régime en place pensait apaiser un peu les populations en votant cette loi-là. Jusqu’aujourd’hui, des familles n’ont pas pu faire leur deuil. Malgré la loi d’amnistie, les dispositions législatives et administratives demeurent non appliquées, ce qui a accentué les injustices. Faut-il encore revenir sur des officiers qui ont été mis à la retraite en catimini ? Faut-il revenir sur la non restitution des biens confisqués ? Des frustrations subies par les enfants de ces camarades exécutés ou emprisonnés ? Vous savez que beaucoup d’entre eux ne sont pas recrutés à la fonction publique parce que « fils de mutins». Il y a donc un certain nombre de frustrations qui demeurent.

Cette amnistie ne vous satisfait donc pas ?

Non, pas du tout ! Quiconque sait dans quelles conditions cette loi a été votée devrait prendre toujours des précautions. Et tout ce qui s’échafaude autour de ma personne me conforte encore dans l’idée de ne pas croire à cette amnistie.

Que revendiquez-vous donc ? Comment auriez-vous voulu qu’elle soit appliquée ?

Le 6 avril 2004, si j’ai bonne souvenance, j’ai publié trois revendications. Primo, le respect intégral de cette loi. Secundo, la publication de la liste exhaustive des victimes de la répression. Savez-vous qu’il y a des centaines de familles qui, jusqu’aujourd’hui, ne savent pas où sont leur père ? S’ils ont été tués, où sont leurs tombes ? La loi d’amnistie devrait régler ce problème-là. Troisièmement, le rapatriement du corps de M. Ahmadou Ahidjo, l’ancien chef de l’État.

Après réflexion, je crois que tout ceci n’est possible que dans le cadre d’un processus global de réconciliation nationale. Car le soulèvement patriotique du 6 avril n’est pas à dissocier de la lutte historique et globale de notre peuple. C’est un maillon de cette lutte globale là.

Vous dites que vous n’êtes pas un proche d’Ahmadou Ahidjo, que vous n’avez pas fait le coup d’État pour ramener Ahidjo au pouvoir mais pourquoi exigez-vous le rapatriement de son corps ?

Pour des raisons politiques, humanitaires, culturelles. C’est l’ancien chef de l’État ; cela fait bientôt 20 ans qu’il a été enterré à Dakar ; comme tout camerounais, il a droit de se reposer dans son pays natal. En tant qu’ancien chef de l’État, même si on lui reproche n’importe quoi, il a droit aux égards de la république. Pour des raisons humanitaires, c’est un Homme après tout. En fin pour des raisons culturelles. Nous sommes des Africains après tout. Il faut qu’il soit enterré à l’endroit que sa famille désignera. Ce n’est pas l’affaire d’un partisan. C’est une question de principe.

Beaucoup d’hommes politiques revendiquent le rapatriement de la dépouille d’Ahmadou Ahidjo, ainsi que sa famille et ses amis à l’étranger. À votre avis pourquoi cela n’est pas encore fait ?

C’est la volonté d’un seul homme. Parfois je me demande s’il reflète l’humanité. C’est faire preuve d’une inhumanité extraordinaire que de vouloir punir un mort.

Il a pourtant déclaré en 2007 qu’il ne s’opposerait pas au rapatriement du corps d’Ahidjo si la famille le souhaitait

C’est une déclaration politique. À sa place, je serais allé à Dakar, ou j’aurais invité Madame Ahidjo quelque part et je lui aurais posé la question «comment faire revenir le président Ahmadou Ahidjo au pays ? » Ça ne coûte rien.


Emah

Mr Gabriel Ebili, what you are going through serves you right. You are just like JUDAS in the Bible. Your similarities are overwhelming.

For saving a devilish regime, you will pay the price,suffering and poverty shall you live with all the days of your life...AMEN.

Anyone who in anyway has and is still helping Paul Biya stay in power will pay the price here on Earth. we see that happening now.For the triumph of Evil OVER good is but temporary....(Dele Giwa).

Ma Mary

Good people suffer, good people enjoy. Bad people suffer; bad people enjoy. Reward or punishment is not relevant. Just do the right because it is the right thing to do.

Verify your Comment

Previewing your Comment

This is only a preview. Your comment has not yet been posted.

Working...
Your comment could not be posted. Error type:
Your comment has been posted. Post another comment

The letters and numbers you entered did not match the image. Please try again.

As a final step before posting your comment, enter the letters and numbers you see in the image below. This prevents automated programs from posting comments.

Having trouble reading this image? View an alternate.

Working...

Post a comment

Scribbles from the Den Awards


  • 2008 Black Weblog Awards

October 2014

Sun Mon Tue Wed Thu Fri Sat
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

AMLC


Follow Me on Social Media


  • Scribbles from the Den

    Promote Your Page Too


Dibussi's Visitor Locator


  • Locations of visitors to this page

Blogarama

  • Global Voices English
    I'm an Author for Global Voices
  • Global Voices en Francais
    Auteur de Global Voices

  • Global Voices Online - The world is talking. Are you listening?